Flash info

Une entreprise confrontée à un débiteur réfractaire, et dont sa facture apparaît certaine, doit pouvoir saisir une juridiction simplement et à moindre frais, afin de récupérer sa créance le plus rapidement possible. Face à ces impératifs de célérité, de simplicité et de rentabilité, l'injonction de payer coche toutes les cases !

Cette procédure judiciaire, correctement exécutée, met la pression sur un débiteur, voire force le paiement quand la décision de justice n'a pas été contestée dans les délais. Nous vous en dévoilons ici toutes ses étapes 👇

1- La procédure d'injonction de payer et sa requête

La procédure d'injonction de payer est une procédure par requête qui ne nécessite pas nécessairement l'intervention d'un avocat, compte tenu de sa simplicité (contrairement aux procédures par assignation).

Le principe fort de l'injonction de payer est

  1. d'obtenir une décision de justice sur les seuls éléments communiqués par le créancier,
  2. avant éventuellement de débattre du fond de l'affaire si et seulement si le débiteur l'exige (cf plus bas l'opposition)

La requête se compose d'un formulaire CERFA à accompagner de quelques justificatifs à savoir (à minima) :

  • Copie des factures impayées
  • Engagement de votre client (bon de commande, devis signé...)
  • Copie d'une mise en demeure et son AR
  • Bordereau listant les pièces fournies

Il est inutile d'inonder le greffier de documents (échanges de courriers, mails...). Si vous avez ces 3 pièces (facture, commande, mise en demeure), ils sont suffisants pour obtenir une ordonnance favorable.

Quant au formulaire CERFA, il se télécharge via les liens suivants :

  • Votre client est un particulier (coût = 0 €) : Ici
  • Votre client est une entreprise (Coût = 35,21 € ttc / chèque à l'ordre du Greffe du Tribunal de commerce) : Ici

Ce formulaire est relativement simple à remplir. Les principaux champs à renseigner sont :

  • Identité du demandeur : vous
  • Identité du débiteur : votre client
  • Principal : montant ttc de votre impayé

Ne pas oublier de dater et de signer !

Envoyez ensuite la requête (formulaire CERFA avec les justificatifs) au Greffe du Tribunal.

2- A quel tribunal adresser sa requête en injonction de payer ?

La justice est organisée par compétence dite matérielle et territoriale. Les juridictions sont en effet différentes selon la nature du débiteur (particulier ou entreprise) et selon sa domiciliation.

Quel tribunal saisir ?

  • Votre client est un particulier = Tribunal judiciaire
  • Votre client est une entreprise = Tribunal de commerce

Par ailleurs, le Tribunal (territorialement) compétent est toujours celui du débiteur (domicile pour le particulier débiteur et siège social pour l'entreprise débitrice). Trouver le Tribunal compétent en fonction de la ville de son débiteur ici : https://www.justice.fr/recherche/annuaires

Conseil : N'hésitez pas à appeler le Tribunal (service des injonctions de payer) avant de leur adresser la requête et assurez-vous ainsi qu'il est bien compétent pour juger votre affaire...

3- Quel résultat attendu ?

Les ordonnances rendues sont généralement favorables au créancier. Il n'est d'ailleurs pas rare d'obtenir la validation du juge alors qu'aucune commande signée n'a été jointe à la requête ! S'il faut, bien évidemment, apporter la "preuve" de la relation commerciale avec le débiteur, la copie d'un simple mail ou d'un chèque d'acompte peut, par exemple, suffire, à défaut de bon de commande ou de devis signé !

Les décisions sont rapides. Compter 1 à 2 semaines pour les Tribunaux de commerce, et 2 semaines à 2 mois pour les juridictions civiles (délais très aléatoires d'un Tribunal judiciaire à un autre).

Vous recevrez par courrier une ordonnance de paiement mentionnant toutes les sommes que votre client est condamné à vous régler (principal, intérêts, frais de greffe pour le Tribunal de commerce).

Une ordonnance de rejet a malheureusement été rendue ? Le juge réclame un débat contradictoire ? Les pièces fournies n'ont visiblement pas convaincu le Tribunal. Aucun recours n'est possible. Vous devrez procéder par voie d'assignation si vous voulez poursuivre le recouvrement.

Conseil : en cas d'ordonnance de rejet, il nous arrive d'adresser une 2nde requête comportant de nouveaux éléments (copie de factures certifiées conformes par un expert-comptable, mail d'approbation du client, copie d'un chèque d'acompte, BL...) et recevoir finalement une ordonnance favorable. Les décisions peuvent être différentes d'un greffier à un autre 😉

4- L'étape obligatoire de la signification de l'huissier

La requête a été acceptée et l'ordonnance condamne votre client. Le titre reçu doit désormais être signifié à votre débiteur par un huissier de justice. Vous disposez d'un délai de 6 mois pour effectuer cette signification.

Contactez une étude d'huissier du département de votre débiteur (compétence territoriale des huissiers oblige) et adressez-lui la copie de l'ordonnance accompagnée de sa requête, ainsi que l'ensemble des pièces. Le coût de l'acte doit être avancé (80 € environ) mais sera bien intégré au décompte que l'huissier notifiera à votre débiteur. Vous devriez donc pouvoir récupérer ces frais...

Après cette signification, l'huissier vous retournera le 2nd original de son acte. 3 cas se présentent ensuite :

  • Votre débiteur règle aussitôt (l'objectif est atteint)
  • Votre débiteur forme opposition (cf plus)
  • Votre débiteur ne réagit pas (cf plus bas)

Votre débiteur n'est pas informé de votre action en justice jusqu'à la visite de l'huissier ! L'effet de surprise est total. Cette signification déclenche généralement une réaction.

5- Votre débiteur forme opposition à l'injonction de payer

Mauvais nouvelle !

Votre débiteur avait 1 mois pour régler ou pour former opposition. Il a donc décidé de former opposition à l'ordonnance rendue. Un simple courrier de sa part adressé au Greffe sans nécessairement justifier les raisons de son opposition, suffit à bloquer la procédure. Le juge doit désormais convoquer les parties pour connaître le fond du dossier.

Vous recevrez un courrier du Greffe indiquant que votre débiteur a formé opposition. Vous avez 15 jours pour consigner des frais de greffe (105 € en général à adresser au greffe). Une convocation sera ensuite remise aux parties.

La procédure se transforme mécaniquement en procédure au fond. Si l'avocat n'est toujours pas obligatoire pour les créances inférieures à 10.000 €, nous recommandons de constituer avocat surtout si votre débiteur se fait lui-même représenter. Les audiences sont très codifiées et nécessitent un réel savoir-faire.

Remarques importantes :

  1. Vous n'êtes pas obligé(e) de répondre à cette opposition. L'ordonnance de paiement sera alors caduque. Vous aurez, certes, supporté des frais de procédure (greffe et huissier) en plus de l'impayé, mais la charge financière est relativement faible (frais de greffe et d'huissier).
  2. Contester une ordonnance de paiement est relativement simple pour le débiteur. Il doit néanmoins se méfier d'une opposition considérée comme abusive si la créance est manifestement certaine ! Votre débiteur en agissant ainsi prend le risque que vous réévaluiez vos prétentions devant le juge. Votre avocat (voire vous-même si vous avez les compétences pour défendre votre affaire à la barre) peut facilement démontrer l'attitude dilatoire du débiteur et faire une demande additionnelle auprès du juge (dommages et intérêts, clause pénale, article 700 du CPC...). L'ardoise peut donc très vite gonfler si la contestation du débiteur est rejetée.

6- Votre débiteur ne réagit pas

Votre débiteur avait 1 mois après la signification de l'huissier pour régler votre créance ou former opposition. Passé ce délai, à défaut de réaction du débiteur, l'huissier peut déclencher des saisies si vous le lui demandez (cf plus bas l'exécution par un huissier).

Bon à savoir : Avant le 1er mars 2022, le créancier devait, au préalable, réclamer au Tribunal le titre exécutoire qui n'était délivré qu'après avoir fourni au Greffe le 2nd original de la signification. Désormais, l'ordonnance rendue est déjà revêtue de la formule exécutoire !

7- L'exécution (saisie) par un huissier

Attention aux frais d'huissier !

Si vous souhaitez confier l'exécution de l'ordonnance à un huissier, une provision d'environ 300 €, couvrant ses frais, vous sera réclamée. La procédure sera ensuite entièrement pilotée par l'huissier qui va (généralement) :

  • Délivrer au débiteur une sommation de payer
  • Rechercher les comptes bancaires du débiteur
  • Faire des saisies sur compte bancaire

A noter : Nous donnons ici l'exemple d'une saisie sur compte bancaire, dite saisie attribution. Il existe de nombreuses autres saisies possibles (véhicules, créances, salaires...). La plus simple et probablement la plus efficace reste la saisie sur compte bancaire...

La plupart de ces frais est intégrée au décompte du débiteur et in fine bien remboursée. La saisie porte en effet sur la totalité de la condamnation dont le coût de l'exécution. Néanmoins, il n'est pas rare que l'huissier rencontre des obstacles à l'exécution et que la saisie n'aboutisse pas (débiteur insolvable, parti sans laisser d'adresse...), auquel cas cette avance de 300 € (voire plus) restera à votre charge.

Même si elle ne garantit pas le succès du recouvrement, l'injonction de payer est assurément la procédure judiciaire la plus efficace pour des "petites" créances de quelques centaines d'euros, voire jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

EXCLUSIF : nous avons développé une plateforme web qui prend en charge la procédure d'injonction de payer de sa requête jusqu'à l'obtention du titre exécutoire, à partir de 149 € ht avec la garantie "satisfait ou remboursé" ! Rendez-vous sur https://recouvrup.fr

 

 

 Pour en savoir plus :

  • contactez-nous au 01.78.47.26.95 
  • remplissez le formulaire de contact ici
  • Planifiez un rendez-vous téléphonique (20 mn) sur notre agenda
  • Inscrivez-vous à la Newsletter Recouvr'Up ici

  

 
Article rédigé par Philippe Bernis

A lire sur le même sujet :

Encaisser ses factures aux échéances contractuelles : Méthodologie

Le recouvrement de factures impayées : Méthodologie

Les nouvelles dispositions sur les pénalités de retard