Flash info


Résultat de recherche d'images pour "plateforme internet"

Si l’économie digitale fondée sur la big data et les nouvelles technologies, bouleverse les habitudes de consommation et les modèles économiques de nombreuses entreprises, qu’en est-il du secteur du recouvrement de créances ? Les créanciers disposent-ils aujourd’hui de solutions numériques répondant à leurs attentes en matière d’impayés ? Etat des lieux du marché de la créance clients et de ses solutions dématérialisées.


Commençons l’inventaire par les acteurs probablement les plus innovants en la matière, à savoir les FINTECH.

Ces entreprises rassemblées sous cette appellation, à  l’esprit résolument start up, concurrencent ouvertement les établissements bancaires. Outre les nouveaux moyens de paiement et les différentes sources de financement participatif, le secteur de l’affacturage voit lui aussi l’arrivée de ces nouvelles structures sur son marché. Grâce à la modélisation du risque client et d’algorithmes puissants, des FINTECH proposent désormais de financer les factures impayées rapidement et simplement. Fini les dossiers fastidieux et les engagements contraignants avec les factors traditionnels, place désormais à la liberté en choisissant facture par facture son besoin en trésorerie. Flexibilité et rapidité font désormais partis du vocabulaire de l’affacturage !

Rendez-vous sur www.finexkap.fr


Les professions réglementées profitent également de cette révolution numérique.

Les administrateurs judiciaires tout d’abord ont développé leur propre plateforme web. Confronté à un débiteur en état de cessation de paiement, un créancier peut, depuis décembre, déclarer ses factures impayées en ligne. Fini cette fois-ci le formulaire CERFA pour « produire » sa créance. La déclaration s’effectue en quelques clics garantissant par ailleurs sa bonne réception et le suivi en ligne de son traitement.

Rendez-vous sur www.creditors-services.fr

Les greffiers des tribunaux de commerce ont simplifié quant à eux les procédures judiciaires. Les requêtes en Injonction de Payer, procédures largement utilisées par les créanciers pour obtenir une ordonnance de paiement, peuvent désormais être adressées par voie dématérialisée. A l’aide d’un certificat électronique (certigreffe), justifiant l’identité du demandeur ou de son représentant, la requête et les pièces justificatives sont envoyées en quelques clics directement  sur l’ordinateur des greffiers en charge de la procédure.

Rendez-vous sur www.infogreffe.fr

Enfin, après avoir crié au loup, et manifester contre la loi Macron et son projet de modernisation de l’économie, les huissiers de justice profitent également de cette révolution numérique. Le rapprochement récent entre la chambre nationale des huissiers de justice et l’ordre des experts comptable accouche d’une plateforme façon  marketplace pour impayés. Après accord de leurs clients, les experts comptables peuvent mandater un huissier de justice pour procéder au recouvrement des factures impayées, le tout en quelques clics !

Rendez-vous sur www.heracles-huissiers.com


Concernant les solutions métiers de Crédit Management, les logiciels SAAS se sont largement vulgarisés. 

Les outils de relance, de suivi d’encaissement, de gestion d’encours clients sont désormais accessibles au plus grand nombre à des tarifs à la portée de toutes les trésoreries. Pour quelques dizaines d’euros par mois, les TPE/PME disposent maintenant d’outils professionnels qui n’ont rien à envier aux applications de grandes sociétés.

Rendez-vous sur www.mydsomanager.com


Les plateformes numériques sont donc bien présentes à chacune des étapes de l’encours clients :
-    Financement
-    Relance et suivi des encaissements
-    Contentieux
-    Cessation de paiement


Une brique semble néanmoins encore manquer. Si les entreprises accèdent à tous ces services par voie dématérialisée, elles ne disposent pas encore de moyens coercitifs efficaces sur la toile pour contraindre un débiteur réfractaire à honorer son obligation de paiement. Le cabinet de recouvrement 2.0, en libre-service, resterait-il encore à imaginer ?

Rendez-vous fin mars sur www.recouvrup.fr


Philippe Bernis (Direct Recouvrement)